mercredi 25 août 2021

Les Glénan...

Profitant d'une autre petite semaine de congés posée au moment où le temps ne fut pas trop dégueulasse, je suis reparti tout seul sur mon bateau.

Après une nuit bien humide passée à l'ile Vierge, j'ai fait route directe vers les Glénan, sans relâcher à Sainte Evette, comme c'est l'habitude...

Je suis allé mouiller à l'ile du Loch et je me suis bien donné en spectacle devant les touristes ébahis par le prodigieux bateau jaune qui tient tout seul debout à marée basse.

Je suis rentré quelques jours plus tard en avalant d'une traite les 65 milles jusqu'à Douarnenez (pas d'escale à Ste Evette non plus au retour).

En baie d'Audierne, j'ai croisé quelques dauphins et un bon nombre d'IMOCAs, mais que faisaient-ils là ?

Je me suis aussi fait copieusement secouer dans le raz de Sein, en passant au plus fort du flot avec un coefficient de 92, c'est malin...


En baie d'Audierne, avec le gennaker à son pépère

Le bateau "qui tient debout tout seul"

Il faut croire que ce bateau sert encore à se la péter au Glénan au mois d'aout...

Coucher de soleil au Loch

Petit matin entre Cigogne et Saint Nicolas


mardi 27 juillet 2021

Brest, Ouessant et Sein...

Profitant d'une semaine de vacances astucieusement posée au meilleur de l'été, je suis parti tout seul sur mon bateau.

Je suis d'abord allé caréner au Moulin Blanc, à Brest.

Antifouling, changement d'anodes, recollage de bavette de Sail Drive...

Rien de passionnant, d'ailleurs il n'y a pas de photos.

Ensuite, j'ai profité du super temps pour aller à Ouessant, et ceci pour la première fois avec Pikou Panez.

Parce qu'il y a un truc qui est quand même dingue : pour l'instant, j'ai bien plus navigué et je connais bien mieux les petites Antilles que les iles du Ponant!

Pour un petit plaisancier finistérien, c'est pas très normal...

Bref, Ouessant c'était génial, sauf la température de l'eau qui reste horriblement froide, rendant la baignade totalement impossible pour moi (peut-être 15-16°C ???). J'ai quand même essayé, j'ai beaucoup crié et juré qu'on ne m'y reprendrait plus!

Après quelques jours, j'ai poussé jusqu'à Sein pour voir si elle était moins fraiche là-bas, eh bien non.

Le temps se gâtant en fin de semaine, je suis rentré à DZ au pire moment: en plein sous un énorme grain orageux avec éclairs, tonnerre et vent de 30 nœuds, pointes à 35.

Sous trinquette seule et en serrant un peu les fesses, ça l'a fait quand même assez bien, mais il n'y a pas de photos, je n'avais pas que ça à faire...

 

Le phare de la Jument par grand beau temps

La baie de Lampaul avec le petit jaune juste devant

57 voiliers au mouillage. "Jamais vu autant sur l'île", parole de ouessantin!

Les célèbres chèvres de Ouessant (à moins que ça soit les moutons...)

Du côté de Nividic

Là, au milieu ce n'est pas un phoque, mais un dingue qui se baigne!

Sur l'abri il est écrit: "Ti ar vag sauvetaj"

Le frugal diner du plaisancier solitaire... (heureusement, il y a du vin!)

Baie de Lampaul, avec encore des phoques dingues à l'eau

La couleur de l'eau pas croyab' à Porz Ar Lan (francisé en Port d'Arlan)

À l'ile de Sein aussi, il y a du goût (vue depuis la zone d'échouage)

Sur le quai des Français Libres où les bateaux échouent presque en face de chez Bruno


mardi 27 avril 2021

Bricolages divers et d'hiver...

Pour s'occuper depuis que le bateau est amarré à Port Rhu, voici la liste des travaux et petits bricolages effectués cet hiver:

- Amélioration de la sous-barbe de delphinière avec du Dyneema

- Remplacement de la bosse et du tambour d'enrouleur de génois

- Re-galvanisation de l'ancre

- Remplacement du mouillage par 40 mètres de chaine de 10 en galva

- Remplacement des feux de navigation de balcon

- Contrôle de l'axe et rondelles du vit de mulet

- Remplacement à neuf de l'easy bag

- Confection d'un taud de soleil zippé sur l'easy-bag

- Remplacement des panneaux de descente en bois par du plexi

- Rénovation de la barre franche

- Vernis de la descente

- Réfection des 4 évents de réservoirs (2 pour l'eau, 2 pour le gasoil)

- Réparation de la vidange de douche

- Démontage et nettoyage du vérin de pilote

- Remplacement du coude d'échappement

 

Et voici les photos qui prouvent que je n'ai pas rien foutu de l'hiver:

Rien que là, on voit déjà le boulot

Un easy-bag tout neuf! (et tout jaune, bien évidemment)

...assorti d'un nouveau taud de soleil du plus bel effet

Avant, après...

Même si ça ne se voit pas, ce vérin linéaire Raymarine T2 a été entièrement révisé...

Sinon, les collègues du boulot m'ont offert une Silzig pour mon départ, la classe non?

RM 10.50 contre TS 5, même pas peur!


vendredi 18 septembre 2020

Souvenirs, souvenirs...

 En glandouillant sur Internet je suis tombé sur le blog de Selene: 

https://martin-kuettner.de/

Selene est un bateau Allemand que nous avons rencontré à la Dominique au printemps dernier.

C'était même notre plus proche voisin du mouillage de Portsmouth.

Martin, le skipper avait un drone et avait l'air plutôt habile à s'en servir.

J'ai retrouvé une de ses vidéos où on voit notamment le mouillage où nous avons passé tant de temps avec nos copains tout autour...

On y voit aussi plein de trucs que nous avons vécu là-bas, comme les premiers "Jeux Olympiques Nautique de la Dominique".

C'est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Sniff....





Au passage, à cause du virus Martin et Claudi sont restés naviguer une année de plus dans la Caraïbe, les pauvres, quel calvaire!

mercredi 5 août 2020

Ça fait un an, pile!

Il y a un an, le 5 août au matin, on quittait Port Rhu pour effectuer notre tour de l'Atlantique.
Il faisait triste et gris, Bleuenn ne voulait pas partir, on était pleins de doutes...
Heureusement, la suite fut bien plus heureuse.
Il s'en est passé des choses depuis!



 Excusez les tremblements, c'est Bernard qui pleure ;-)


Ben voilà, Pikou Panez est de retour à sa place.


dimanche 2 août 2020

3 semaines de petite croisière pour terminer l'affaire...

Comme on a du temps avant de reprendre le boulot et que le bateau ne peut retrouver sa place à Port Rhu qu'à partir du 1er août, eh bien on est parti se balader trois semaines.
L'idée c'était de descendre sur la côte nord Espagnole (Cantabrie et Asturies), mais là encore à cause du maudit viwus (que l'on appelle ici "la COVID-19", c'est moins bien que dans les îles...), nous avons changé nos plans.
Nous avons donc repris le bateau le 7 juillet.
Je l'avais laissé sur une bouée à Cap Coz, à cause du temps dégueulasse j'étais même rentré à la maison...
Nous voilà donc repartis et voici ce que l'on a fait, Agnès et moi, Bleuenn ayant refusé catégoriquement de remettre ses pieds sur le bateau qui pue.

- les 7 et 8 juillet: mouillage à la Chambre au Glénan, puis à Penfret.
- le 9 à Port Manec'h
- le 10 à Groix, au mouillage des sables Rouges
- les 11 et 12 au port d'Etel
- les 13 et 14 à Belle Île au mouillage de Port Kerel
- les 15 et 16 encore à Belle Île, à Port An-Dro
- le 17 retour sur le continent à Suscinio (Sarzeau)
- du 18 au 21 à l'île d'Yeu dans l'anse des Vieilles
- du 22 au 24 à Hoedic, d'abord au mouillage devant le port de la Croix puis à Beg er Sennerion
- les 25 et 26 à port Haliguen, devant la plage du Castero
- le 27 de retour à Cap Coz, où Agnès débarque
- le 28 tout seul à Sainte Evette
- le 29 de retour à Douarnenez, le petit Pikou retrouve sa place de Port Rhu

La Chambre depuis Saint Nicolas, avec un temps superbe

Un château sur l'Aven avec un temps moins superbe

Les sables rouges à Groix

Le Pikou jaune à Etel

Magnifique Port Kerel à Belle Île

à Port An-Dro c'est pas mal non plus...

Le château de Suscinio à deux pas du mouillage du même nom

La Meule à l'île d'Yeu

Décidément, encore un château!

Ça c'est le port de la Croix à Hoedic

Un truc tout à fait étonnant sur Hoedic...

Grain à Port Haliguen

La Plate et la Vieille en passant le Raz de Sein sous un temps de curé

Voilà.
Pendant cette petite croisière, nous avons rencontré Violaine, Victor et Swan sur Yoalla. Ce sont aussi des Douarnenistes et leur projet est de partir l'été prochain vers les Antilles. Je les envie bien...

Nous avons aussi fait la connaissance de Jacques sur Enjoy.
Ce gars étonnant s'est fabriqué tout seul un cotre de 13 mètres avec lequel il a fait le tour du monde, de 2012 à 2019 en passant par les 3 caps.
A côté on fait figure de petits plaisanciers du dimanche!

Last but not least, nous avons enfin revu Luca!
Le bateau de Marc, Fiona et leur enfants est parti comme nous pour une boucle Atlantique depuis l'été dernier.
Nous ne les avons croisés que deux fois: la première à Porto Santo alors que j'étais seul sur Pikou, la deuxième fois à la Graciosa, en vitesse au cul du bateau.
Il aura fallu attendre les derniers jours de leur voyage à Hoedic (parce que eux, ils ont fait la transat retour), pour que nous nous rencrontrâmes enfin...
On les a invité à bord pour un apéro en règle, on avait tellement de choses à se raconter!

jeudi 2 juillet 2020

Un petit tour et puis on rentre...

Je suis parti tout seul de Tréboul, mardi 16 juin au petit matin...
Avec le beau temps et la sévère pétole, je n'ai presque fait que du moteur jusqu'à Sainte Evette.
Nuit à la bouée bien tranquille...

Au mouillage pépère de Ste Evette. Le Bébert Rassi derrière c'est celui de Yann Cariou, commandant de l'Hermione.


Départ le lendemain vers 13 heures pour une fantastique traversée de la baie d'Audierne sous GV + gennaker sous un souffle de vent (6-8 nœuds).
Au moment de remettre au moteur devant Penmarc'h, un problème de désamorçage du circuit d'eau de mer m'a bien pourri la vie...
Réparé deux heures après, je ne sais pas trop comment.

Qu'il est beau mon gennaker!


Arrivée au mouillage devant l'île du Loch en soirée, après avoir embouqué pour la première fois le chenal des Bluniers (c'est trop fastoche).
Seconde nuit à la pioche au nord de l'île Cigogne.

Échouage à l'île du Loch, sous la grisaille

Troisième nuit sur une bouée du mouillage de la Pie.
Fait la connaissance de Céline et JB de "Titi" que j'ai invité à bord pour un apéro qui va bien. Il reste encore quelques cubis de rhum de la Martinique dans les fonds...

A la Pie, quand il faisait encore pas trop dégueulasse. Le lougre Corentin à gauche.


Nuit agitée avec le temps devenu épouvantable (pluie, clapot pénible et 33 noeuds de vent).
Départ le lendemain vers 15 heures et arrivée 1h30 plus tard à Cap Coz où j’ai amarré le bateau à la bouée 611.
J'ai débarqué le lendemain, rangé l'annexe chez les beaux parents et suis rentré à la maison. Le bateau restera à la bouée jusqu'à ce que le temps s'améliore, ce qui n'est pas prêt d'arriver...

Pikou Panez sur sa bouée au Cap Coz